Médiation linguistique : qu’est-ce que c’est ? de quoi s’agit-il ?

Aucun commentaire
La médiation linguistique

Dans le cadre des professions axées sur l’interculturalité et l’utilisation de différents codes linguistiques, outre la figure du traducteur et de l’interprète professionnel (de conférence, en consécutive et en simultanée), il est probable que vous ayez entendu parler du médiateur linguistique ou de médiation linguistique.

Le médiateur

Le médiateur est celui qui : intervient entre deux parties pour leur faire parvenir un accord.

Un sujet qui doit donc être neutre entre les deux parties et agir de manière objective et désintéressée. Dans le but de faire office de « bouée d’amarrage » en cas de litiges et discussions, atténuant l’impact d’un navire / phrase afin d’amarrer la conversation en eaux calmes. Amortisseur donc, modérateur, mais jamais menteur. Il devra essayer de calmer et combler les incohérences et les malentendus sans jamais révolutionner la nature du message.

La médiation…linguistique

Linguistique, parce que le médiateur peut agir à différents niveaux dans différents contextes. Dans notre cas, il s’agira de deux contreparties ayant deux langues différentes comme langue (et culture) maternelle (par exemple le français et l’italien). Incapables non seulement de parvenir à un accord pacifique (dans l’éventualité d’un conflit) mais même de pouvoir se comprendre mutuellement. Je dis dans l’éventualité et précisément parce qu’il y a plusieurs facteurs qui peuvent conduire à avoir besoin d’un médiateur, non seulement des différends, mais aussi des divergences culturelles susceptibles de faire échouer le processus de communication (même si vous parlez une langue commune), tels que problèmes éducatifs, criminels ou familiaux.

La figure professionnelle

En conclusion. Le médiateur linguistique fait non seulement office d’interprète, permettant aux deux parties de communiquer dans leur langue maternelle, mais opère également au niveau culturel, atténuant les différences culturelles pouvant créer des incompréhensions ou pire des malentendus susceptibles d’invalider fortement le résultat, par exemple, d’une négociation. Son intervention est nécessaire lorsque l’écart linguistique / culturel est grand et où l’objectif final est la conclusion d’un accord.

Pas seulement des compétences linguistiques et interculturelles, donc, mais aussi des compétences et expérience dans le domaine de la médiation…

Stefano Gaffuri

Article précédent
Sites et comptes officiels : c’est important qu’ils parlent notre langue
Article suivant
Pourquoi les Français disent quatre-vingts et non pas octante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu
Italy